site:> Saint Josse frz > St. Josse-sur-Mer   

Entre Authie et Canche

Les deux neveux de Josse lui coupent cheveux, barbe et ongles qui continuaient à pousser.
Jean Mielot a illustré la même scène.

C'est ici, dans cette région, que Jodokus s'installa dans son troisième et dernier ermitage.
C'est ici aussi que vinrent se joindre à lui d'autres ermites, point de départ de la première communauté. C'est également ici que le Duc Haymon lui fit construire deux églises durant son pèlerinage à Rome. Pourtant on ne voulut pas y enterrer la dépouille mortelle de Jodokus. Il  resta non enseveli car on voulait que ce saint homme restât, même après sa mort au sein de la communauté. (jusqu'à ce qu'on finisse bon gré mal gré par l'ensevelir)  

C'est ici que nous rencontrons un homme qui dut posséder un charisme particulier. Il n'était pas seulement vénéré par ses compagnons, il a dû fasciner tous ceux qui l'approchaient. On était aussitôt convaincu : qui mène une telle vie doit être saint devant l'Eternel. Voilà un homme à qui Dieu doit prêter une oreille attentive. L'adresse idéale pour venir y déposer toutes les supplications de l'humanité. Aucune béatification par Rome n'a jamais rien apporté de plus. Même si on ne peut plus vérifier avec certitude quel était le pape qu'il a rencontré à Rome, cette rencontre a été déjà sa demi-béatification. 

C'est ici que s'est développée, d'abord sous l'autorité de Ferrières, une humble abbaye qui devint florissante mais eut a traverser de dures périodes pour finalement sombrer en 1772, avant même la Révolution française.  Elle devint célèbre uniquement par l'aura d'un homme qui lui donna son nom et qui au Moyen Age prit, à côté de saint Jacques, de plus en plus d'importance comme patron des pèlerins.

C'est enfin ici que se trouve le lieu qui porte son nom et l'église où l'on cacha son reliquaire pour le mettre à l'abri pendant toute la durée de la Révolution française. Les derniers restes de ses ossements parvenus jusqu'à nous le vrai sens de "reliques" jettent encore un pont entre nous et le septième siècle et permettent encore le contact réel avec le saint homme de jadis. L'église est aujourd'hui une simple église de village qui se veut de perpétuer la mémoire de ce grand patron des pèlerins. Nous pouvons, et nous nous devons de la soutenir dans cette tâche