Sie sind hier:> St. Jodok dt > Fotogalerien > Bilderzyklen 1-6 > Jean Mielot (1449)   

I. Das Leben des Heiligen Jodok

Die Miniaturen sind Teil eines Manuskripts aus dem 15. Jahrhundert, das sich in der Königlichen Bibliothek von Belgien befindet. Dieses Manuskript enthält zwei Viten des Heiligen: "Das Leben in Vierzeilern", wohl eine Kopie, die Jean Miélot von der zweiten Vita des Isembard de Fleury gemacht hat, während die andere "Das Leben und die Wunder des Heiligen Jodok" wahrscheinlich von Miélot selbst verfasst wurde.

Bevor Jean Miélot - geboren um 1415 in Gaissart-les-Ponthieu - Mönch und Stiftsherr von Saint Pierre in Lille wurde, stellte er sich in den Dienst Philipp des Guten, der ihn als Übersetzer, Kopist und erfahrenen und produktiven Miniaturmaler (Buchmaler) gut bezahlte.

Philipp III, der Gute (* 1396 und seit 1419 Herzog von Burgund), trug dazu bei, dass der Palast der burgunder Herzöge umgestaltet und seine Privatbibliothek erweitert wurde, indem er zahlreiche Schriftstücke insbesondere von seinem Privatsekretär Jean Miélot anfertigen ließ.

Die vierzeiligen Verse von Miélot finden Sie unterhalb der Bildergalerie.

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
47
 
 

1 S'ensieut la vie de saint Josse,
Les miracles et les merites,
En brief non mie en somme grosse,
Faicte en ces hystoires petites.

2 Juthael de Saint Josse pere
Engendra et tout d'une mere
xx. enfans que filles que fieulx,
qui sont tous sains la sus es cieulx.

3 Judichael, son ainsné filz,
Pour certains discors et estris
Au roy Dagobert fist accort,
Comme l'ystoire le recort.

4 Judichael sy presenta
La couronne ou bel present a
A saint Josse, son frere moindre,
Mais sans advis ne le voult prendre.

5 Ou temps de l'advis comme fins
Se party aveuc pelerins
Es parties de par deca.
Autre moyen n'y pourchaca.

6 En en aprés pour Dieu servir
Et pour sa grace deservir,
Saint Josse et eulx l'eaue passerent.
A aultre chose ne penserent.

7 Et puis com leur amy et frere
Furent d'accort saint Josse rere,
Aussy comme s'il fust de cloistre,
Et affin de le descongnoistre.

8 Saint Josse depuys en Pontieu
S'en vint, de bien faire ententieu.
Le conte le mist a raison
Et le mena en sa maison.

9 Quant ce vint a l'eure qu'on disne,
Le conte vit saint Josse digne
Et le pria de demourer.
Tant le voult il enamourer.

10 Saint Josse, liquelz estoit gens,
Print adonc congié a ses gens
Et demoura aveuc le conte
.Vii. ans, l'ystoire le raconte.

11 Saint Josse aprés fu prestre fait
Pour estre plus en Dieu parfait
Et user sainttement sa vie,
Car d'autre rien n'avoit envie.

12 Au bout de .vii. ans place prist
Et au conte humblement requist
D'abiter en ung hermitage
Et fist faire le carpentage.

13 Pensant a son fait salutaire
En sa demeure solitaire
Estoit saint Josse acompaigniez
Souvent des bestes, ce saichiez.

14 Dieu en samblant povre personne
Demanda a l'ostel l'aumosne,
Ouquel fors ung seul pain n'avoit,
Dont ung quartier luy en donnoit.

15 En plus piteux point revint la.
Adont Hurmaire luy donna
De son pain ung autre quartier,
Car son maistre n'osoit courchier.

16 Saint Josse lors et son compain
N'eurent que la moitié d'un pain,
Mais pour Dieu que tant il ama
Encoire ung quartier en donna.

17 Saint Josse affin de faire aumosne
Le remanant de son pain donne
Ou fait donner par son varlet,
Auquel ne fu pas bel mais let.

18 Puis saint Josse en lui pormenant
Et son disciple sermonnant
Vat vaisseaux de biens tempreulx
Arriver par mer tout pour eulx.

19 Ung dyable en fourme de culeuvre
Mordoit de saint Josse le pié
Et le tempta par sa faulse oeuvre
Souvent, dont fu moult ennuyé.

20 Le bon saint au duc se plaindoit
De son lieu, car aultre vouloit.
Adont le duc luy accorda
Et en autre lieu le mena.

21 A saint Josse ne demouroit
Gline, toutes les devouroit
Ung aigle, mais saint Josse fist
La croix, par quoi a mort le mist.

22 Le duc ala par soif dormir,
Mais deux fontaines courans cler
Fist tantost le bon saint venir
Pour luy et ses chiens abeuvrer.

23 La fist saint Josse son manoir
Et deux autelz, l'un de saint Pierre
Et l'autre de saint Pol pour voir.
De bois les fist, non pas de pierre.

24 Aprés ung bien petit de temps
Revint le duc, qui fu preudomme.
Adont saint Josse ly constans
Print congié pour aler a Romme.

25 Saint Josse est a Romme arrivé
Et est du pape moult amé,
Car ses reliques luy descoeuvre,
Dont eut un plain coffret de coyvre.

26 En Ayron eut une pucelle,
Onques veü n'avoit icelle,
Que saint Josse renlumina
Des reliques qu'il apporta.

27 En ce lieu fist drechier son pere
Une croix trestoute de pierre,
Ou pluseurs malades aloient,
Qui souvent santé y avoient.

28 Le duc au devant s'en ala
Et le bon saint moult bienvegna,
Si le mena en son repaire
Veoir l'eglise qu'il luy fist faire.

29 Ung peu aprés il celebroit.
Adont sur l'autel descendi
Nostre Seigneur, dont on veoit
La main dont l'eglise beney.

30 Le jour sainte Luce rendy
L'ame ce saint qui Dieu servy.
Lors grant clarté et bon oudeur
Luy envoya nostre Seigneur.

31 Quarante ans puis que Dieu l'eut pris
Ses cheveux et ongles croissoient
Et sembloit qu'il fust endormis.
Tous les samedis le reoient.

32 Le duc du paiis point ne crut
Que le corps ne peust empirier
Et par force veir le voult,
Dont il luy couvint enragier.

33 Aprés l'offence incontinent
Les os demourerent tous nus
Et furent muchiés longuement,
Que ne les savoit trouver nuls.

34 Grant temps le corps saint fu perdus,
Et ung clerc en son lit songoit
Qu'il veoit le saint sus et jus
Yssir du lieu ou il gesoit.

35 Aprés grant espace de temps
Ungs homs songa qu'il trouveroit
Le corps saint. Lors fu la venans,
Et le dit clerc luy enseignoit.

36 Adont trouverent le saint corps
Soubz trois tables de plomb gesans,
Noble oudeur rendant ens et hors,
Dont furent Dieu tous merchians.

37 Les sains os sur l'autel mettoient.
Ceulx du paiis y sont venus,
Et tous malades y avoient
Santé par la grace Jhesus.

47 Cy fine la vie saint Josse
Faitte rimée en fourme grosse.
Puis en prose moins abregie
S'ensieut sa genealogie.

II. Die Wunder nach seinem Tode

38
39
40
41
42
43
44
45
46
 

38 Six cierges devant le corps saint
A par eulx se alumerent tous.
De quoy s'esmerveillerent maint,
Car l'un s'esprist a deux debouts.

39 Sygeman voult ouvrir l'eglise
Pur aler querir de lumiere,
Mai en soy virant toute esprise
La veyt de clarté sans fumiere.

40 Une jeune fille ot perdu
La lumiere de ses yeulx,
Mais saint Josse, qui est es cieulx,
La luy rendi par sa vertu.

41 La glorieux confés saint Josse
Delivra par bonne fortune
Ung prisonier hors de las fosse,
Qui est ou chasteau de Bethune.

42 En Engleterre ung enfant y avoit
Né sans langue, fors que ung noiel n'avoit.
Quatorze ans eut. Saint Josse vint aourer,
Et bon piccard le saint le fist parler.

43 Droit cy sauva saint Josse .i. varlet a monnier,
Ou son maistre pendoit, sans cause fu mené.
Aux gens passans prioit qu'on le voulsist aidier,
Puis la justice y va, ou chemin l'ont mené.

44 Ung par devotion tous les ans visetoit
Saint Josse le baron. Chil dervé devenoit.
Le saint par vision luy revela le soir,
Dont fu net et guary le malade pour voir. 

45 Ung bailly d'Estaples pour vouloir desrober
L'eglise saint Josse si voult la mer passer,
Mais une main des cieulx en l'eaue le versa.
Prestement fu dervé et au tiers jour fina.

46 Les gens d'armes s'en vindrent de Boulongne
Pour l'abbye du saint rober a tort.
Lors leur maistre pour icelle besongne
Fu en ung bois par oyseaulx mis a mort.