site:> Saint Josse frz > Tradition vivante > SEMAINE de la PENTECÔTE > "Européen"?   

"Régional" ou "européen"?

Entretien avec Monseigneur Jean-Paul Jaeger pour préparer la semaine de la Pentecôte 2008

Si, au dimanche de la Trinité, la messe à la Croix Coupée devait être lapogée de la semaine de pèlerinage, la procession avec le reliquaire à Airon St Vast et à la chapelle de Bavémont avait une plus grande valeur dévénement et de lieu. Il ny venait pas seulement des différents ports les marins qui se savaient la responsabilité de porter la châsse. Les enfants étaient aussi dispensés décole, ce qui certainement attirait encore davantage de familles.  Le pique-nique de Bavémont et la fête populaire qui durait une semaine au village de St-Josse attiraient également une  grande  foule.

Cette situation a totalement changé. La participation de la population a sensiblement baissé, ce qui sexplique facilement : la pratique religieuse sest relâchée, particulièrement en France. De plus : qui peut aujourdhui  sans difficulté se rendre libre un mardi  pour une procession ? Les enfants eux-mêmes nobtiennent plus un jour de congé ; impensable dans un état laïque. Le nombre des marins a également diminué. Il ne reste que le « noyau dur ». Où est la solution ?

Afin de maintenir vivante la portée de ce jour de pèlerinage, ou même de lui donner une nouvelle impulsion, il faudrait reporter la procession au samedi !

Pas encore de perspective "européenne"

Ce qui sest renforcé ces dernières années, cest la conscience que Josse nest pas seulement un saint local, mais que le réseau de ses églises et de ses chapelles sest étendu à toute lEurope. La mobilité moderne a rendu plus facile, pour les individus comme pour les communautés des pays voisins, de retrouver les racines de la vénération de saint Josse, le lieu où il a vécu et les reliques du saint Patron, à St-Josse-sur-Mer.

En mettant le samedi comme jour de pèlerinage, on aurait offert une réelle alternative qui aurait été une chance pour tous. Les familles auraient pu de nouveau venir sy joindre avec leurs enfants. Et les visiteurs extérieurs auraient eu la possibilité de participer aux deux grands moments de la semaine. Malheureusement, lAssociation na pas saisi cette occasion. La proposition, certes bien intentionnée, de lévêque dArras, au lieu de décider aussitôt le report au samedi, de faire provisoirement le samedi une deuxième procession na finalement, vu après coup, laissé aucune chance au samedi.